X
La boîte à menthol..., Par ici...

On y trouve les parisiens…

24 septembre 2009 4

Ce métro parisien est une formidable table d’analyse des comportements humains.
Tous sont là ; impassibles, habitués, nourris par cette routine depuis des années voire depuis la naissance…

On y croise tous types de caractères, toutes sortes d’émotions.
De l’introverti, qui passe le trajet à observer ses chaussures, à l’extraverti qui expose sa vie privée (souvent passionnante) à tout le wagon au moyen d’une conversation téléphonique.
Les rires des uns effacent parfois les pleurs d’une jeune demoiselle en détresse.
Les cris d’un enfant, dont les sourires résonnent dans les yeux de son père, forcent à se demander si grandir n’est pas la pire des pathologies…

On y trouve également ces regards qui se croisent et fuient vers le plan de la ligne dès que l’échange devient troublant.
Ce formidable plan de ligne dont le rôle dépasse sa valeur informative tant il est consulté par ceux qui viennent ici sans loisir.
Puis il y a ceux qui lisent ; exception nationale probablement. La culture vient alors au secours de cette moyenne de deux heures perdues dans une journée.

On y trouve comme partout « l’abruti de service » qui, tel un cascadeur, se jette sans se soucier des autres entre les portes qui se referment sur les deux interminables minutes d’attente avant la prochaine rame.

On y trouve malheureusement ces personnes en marge de la société qui content leur tristesse en échange d’une petite pièce.
Certains le font en musique, parfois au grand dam des autres usagers.

Le métro parisien est un peu le reflet de notre économie ; les classes moyennes sont les premières à souffrir de ses ralentissements.

Le métro parisien n’est pas vraiment à l’image de notre société ; tant de différences pour une cohabitation parfaite.

Il y a 4 commentaires

  • rygo dit :

    ça fait longtemps que je voulais écrire un article sur le métro parisien… mais tout est dit dans celui-là !! excellent

  • Jen dit :

    Très bon article, j’aime ta description. Mais usagère de la ligne 13, je peux t’assurer qu’à 8H30 la cohabitation n’est pas des plus parfaites !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *