X

Une oreille collée au transistor…

La boîte à menthol..., Médiatiquement correct..., Par ici..., Sur la partition..., Une oreille collée au transistor...
Influences d’hier…
18 octobre 2006 at 21:03 3
En (seconde) exclusivité, un reportage trouvé au fond d'un tiroir... Diffusé d'abord sur Radio Mon Païs par l'émission Fame of Disco, ce micro-trottoir avait pour but d'évaluer les notions musicales seventies des étudiants toulousains...

[audio:reportage_disco.mp3]

Il est bon de voir que les années ont passé et que l'on a grandi depuis...
LIRE LA SUITE...
La boîte à menthol..., Surfez léger..., Une oreille collée au transistor...
Qui vendait quand vous êtes né?
7 octobre 2006 at 22:09 0
Internet reste rempli de surprises et d'utilitaires en tous genres. Cette fois-ci c'est KakoParade : le machine à explorer le temps qui est à l'honneur. Cette base de données répertorie l'intégralité des classés numéro un aux hits parade français et anglais sur les cinquante dernières années... Qui était numéro un le jour de votre naissance? Que fredonnait-on le jour de vos vingt ans? Le résultat n'est pas toujours à la hauteur des espérances mais il a le mérite d'être authentique et de nous rappeler que certains goûts musicaux sont réellement générationnels...
LIRE LA SUITE...
C'est important..., La boîte à menthol..., Une oreille collée au transistor...
Fame of Disco : c’est terminé…
1 juillet 2006 at 16:09 12
L'émission de radio Fame of Disco a lancé hier soir à 23h59m59s sa dernière salve de décibels... Née d'un projet un peu fou, l'émission devait mettre en avant la culture musicale de la fin des années 70. Le concept était en cela intéressant que les chroniqueurs n'avaient pas connu cette période. Comment parler de ce que l'on ne connaît pas? Et pourquoi? De critiques en compliments, de bons en mauvais moments, la petite émission a fait son chemin tranquillement durant trois saisons remarquables. Trois saisons pleines de souvenirs... Composée de trois étudiants au départ, l'équipe a su accueillir du renfort pour finir par compter sept membres. Chacun avait son créneau : cinéma, musique, sport, people, informatique... Fame of Disco parlait de tout et saupoudrait l'ensemble de la rythmique funky la plus endiablée... Hier soir, la lumière rouge s'est éteinte pour la dernière fois. L'interrupteur a basculé sur off au beau milieu de la nuit toulousaine. 116 émissions pour 210 heures et 30 minutes de direct. Fame of Disco : c'est terminé. Quelle belle aventure!
LIRE LA SUITE...
C'est important..., Humeur, L'air pur des autres..., La boîte à menthol..., Médiatiquement correct..., Surfez léger..., Un monde économique..., Une oreille collée au transistor...
Ce qui ne tue pas rend plus fort…
19 mars 2006 at 14:49 41
On en a marre de ces gens qui, non contents de prôner un retour en arrière social de quarante ans, méprisent le grondement populaire face à un groupe de personnes avides de pouvoir... On les entend à la radio, on les lit dans les journaux et on les voit à la télévision (non pas les publicités...).
"Y'en a marre des grèves, il bloquent tout le monde!"
C'est vrai qu'une grève qui ne dérange personne, c'est utile...
"Regarde-les ces prolétaires avec leurs banderolles CGT..."
Pardon de ne pas être un riche PDG...
"Pourquoi manifester, ça ne sert à rien!"
On doit donc se taire et laisser faire? A l'heure où nos chers ambassadeurs profitent de la crédulité des gens pour limiter les droits du salarié dans le but de réaliser des profits, ces réflexions sont (très) mal venues. Si permettre à un dirigeant de licencier un salarié pendant deux ans sans motif valable est une avancée sociale, excusez-moi d'intervenir et oubliez tout ce que j'ai dit. Depuis la création du Code du Travail, chaque modification, chaque évolution a été faite en faveur de l'employé. Toujours... Chaque gouvernement a conversé avec les partenaires sociaux (autres que MEDEF) comme le veulent les principes. Mais c'est surtout la première fois, en si peu d'années, qu'un parti au pouvoir renonce à écouter le peuple (dernières élections législatives). Où est la démocratie? Ils ont été élus certes. Et ils en profitent bien. Ferait-on pareil à leur place? Impossible à dire... Aurions-nous des scrupules? Possible... Où est le bien fondé pour le salarié dans cette réforme? Au même endroit que pour celle des retraites? On allonge la durée de travail afin de pouvoir financer les futures retraites mais on creuse le déficit de la sécurité sociale en éxonérant les employeurs de charges sociales sur les deux premières années d'emploi? Avec la manière dont vont être utilisés ces contrats, l'URSSAF devra revoir ses comptes. Remarquez, c'est logique, on supprime des recettes pour les organismes sociaux donc on rembourse moins de médicaments.
"Si t'es pauvre, tu crèves..."
Oups! Désolé... Ce n'est pas une citation. On y croirait pourtant... On lit quand-même des choses déplorables en France. Des choses écrites par une jeunesse pseudo-dynamique dont le seul intérêt actuel est de faire croire qu'elle comprend quelquechose. Cette jeunesse qui, parce-qu'elle grandit dans un monde où tout va plus vite, se permet de dénigrer une personne qui lutte. Un jeunesse qui se permet de critiquer des utopistes qui aspirent encore à un monde meilleur. Il faut descendre dans la rue! On devrait pouvoir le faire. Mais beaucoup ont peur de perdre leur emploi. Où est le droit de grève? Il n'y a ici aucun appel à la violence. On n'ira pas jusqu'à redire CRS = SS (même s'ils semblent prendre un certain plaisir à donner des coups). Il faut se faire entendre! Le monde est mal. Notre pays est pratiquement en train de régresser dans l'égalité des chances et des hommes. Solidarité doit être le maître mot. Chaque individu doit se sentir concerné. Ce n'est pas parce-que l'on est loin des problèmes qu'il ne faut pas aider ceux qui en ont... J'avais un jour rêvé d'un monde. J'avais un jour rêvé d'une vie. Aujourd'hui mes rêves sont bien loin mais je ne les ai pas oubliés...
LIRE LA SUITE...