X
Humeur, La boîte à menthol..., Par ici...

Ce métro qui s’arrête trop…

17 octobre 2007 8

Faits étranges mais à tendance chronique, les pannes du métro toulousain se font de plus en plus pesantes…

On ne compte plus le nombre d’interruptions de service depuis quelques mois. Si la ligne A peut montrer quelques signes de fatigue, il ne devraient pas en être de même pour la ligne B dont la durée d’exploitation dépasse à peine les trois mois…

Loi de Murphy oblige, les pannes se produisent généralement aux heures de grandes affluences. Souvent même sur les portions les plus fréquentées. Faut-il y voir une relation de causes à effets?

Trente minutes d’arrêt, c’est toute une ville que se paralyse…

Il y a 8 commentaires

  • BlueMind dit :

    Bienvenue dans le monde des transports urbains « sursaturés » !!
    En Ile-de-France, c’est plusieurs fois par jours, ce genre de désagrement.
    A tel point que certains, ironiquement, en jouent : « Combien de minutes de plus vais-je mettre pour rentrer ce soir ? Avec combien de changements supplémentaires ? » 😐

    Au moins, demain, on est sûr que les métro ne tombreont pas en panne …. :mrgreen:

  • Aurélien dit :

    Mais en Ile-de-France, il y a des solutions alternatives.

    A Toulouse, pas de métro c’est la mort. Même avec les bus de substitutions qui se mettent en service au moment ou le métro repart… 🙄

  • BlueMind dit :

    Solutions alternatives ….. hummm, c’est un bien grand mot !
    Dans Paris intra-muros, tu trouves des solutions, oui, entre quelques bus, les locations de vélo, etc. mais depuis la banlieue (même à 5 km de Paris), si t’as pas de transports en commun, tu restes chez toi^^ ou alors tu prends ton vehicule personel, tu t’engages dans la circulation et …. t’attends…. :conf:

  • Aurélien dit :

    Mais à Toulouse, à part intra-muros, y’a rien… :mrgreen:

    Le souci est donc réglé… 😛

    J’vais me faire une virée à Paris un de ces quatre pour (re)mettre les pieds dans une vrai grande ville… 🙄

  • Al dit :

    les pannes se produisent généralement aux heures de grandes affluences. Souvent même sur les portions les plus fréquentées. Faut-il y voir une relation de causes à effets?
    Ce n’est pas tout a fait exact. En fait, les pannes ont lieu a toute heure mais une panne qui a lieu en heure de pointe a de forte chance de perturber la rame suivante puis la suivante a cause du passage rapproche de ces dernieres. resultat, une seule panne touche plus de gens en heure de pointe ce qui donne a tous l’impression qu’il y a plus de pannes en heures de pointes

  • Aurélien dit :

    Oui, c’était ironique 😉

    Je me déplace régulièrement avec le métro dans le cadre de mon boulot et je constate bien que les pannes sont à toutes heures… Mais à 18h, faut avouer que ça le fait moins… :mrgreen:

  • Elma dit :

    Ah la campagne, et l’absence des bouchons !!!! lol !

  • toulousain31 dit :

    De toute façon c’est obligé qu’il tombe en panne sans arrêt. Les rames sont surchargées tout le temps. Les stations sont prévues pour 4 wagon et il n’y en a que 2 tout le temps. Sans parler du dimanche soir où la fréquence est réduite alors que tout le monde revient sur toulouse depuis la gare en empruntant le métro. La capacité de chargement est largement dépassée jusqu’au jour où il y aura un vrai pépin!(c’est même un technicien qui l’a laissé échapper au moment de réparer une panne sur la ligne B). C’est inadmissible de jouer avec la sécurité pour faire plus de profit

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *